Les 4 Désirs de l’Âme

Les 4 Désirs de l'Âme

Les 4 Désirs de l'Âme

Écrit à partir d’un article de Cécile Doherty-Bigara, Le Palais Savant

.

Le Marabharata est considéré comme « le plus grand poème jamais composé ». Il a été écrit il y a 2500 ans. On y trouve le concept des Purushartha (en sanskrit : le but de l’existence humaine)….

D’après ce texte millénaire, l’Univers est comme un être vivant et il est composé de 4 valeurs intrinsèques. Comme les êtres humains sont une expression de l’Univers, ces 4 valeurs nous constituent aussi. (A titre de comparaison, le Tao utilise 5 Éléments).

L’équilibre de l’Être Humain, comme de l’Univers, passe par l’équilibre de ces 4 thématiques. Or la vie nous déséquilibre petit à petit. Avec le temps nous délaissons certains désirs et nous nous focalisons sur d’autres. Lorsqu’un de ces aspects est en déséquilibre, il est facile de tomber dans un cercle vicieux : on fait plus de ce que l’on sait faire, et cela aggrave le déséquilibre. C’est l’erreur que nous commettons tous.

La clé pour revenir à l’équilibre est de déterminer quel désir n’est pas satisfait dans notre vie, et quel désir l’est trop. Essayez de déterminer quel Désir est en manque ou en excès dans votre vie, et faites une liste de ce que ce Désir représente concrètement pour vous (activités, taches, etc). Et ajustez votre emploi du temps.

.

Dharma – le devoir

Le 1er désir est celui du devoir. Dharma peut être traduit de plusieurs façons : le devoir, l’éthique, le travail, la responsabilité. La racine du mot dharma signifie: ce qui crée de la structure, ce qui rend ferme.
Le Dharma, c’est avoir la force de se lever chaque jour et faire ce qui doit être fait. C’est assumer son rôle dans tous les domaines (personnel, professionnel, social). C‘est terminer ses études, militer pour une cause, faire ses courses. Bref, le dharma ce n’est pas toujours drôle, c’est parfois beaucoup de répétition, mais c’est ce qui nous permet de donner vie à nos valeurs. C’est tout ce que nous faisons pour contribuer à la société et à nous-mêmes.
En Médecine Traditionnelle Chinoise, le devoir est régulé par l’élément Métal, les méridiens des Poumons et du Gros Intestin.

Évaluer son Dharma :
« Y a-t-il de la structure dans ma vie ? »
Si votre vie se développe trop en fonction de vos devoirs, faites une pause : allégez, déléguez les taches, corvées, obligations. Mais gardez de la structure.
Si votre vie quotidienne et générale est déstructurée, instaurez une liste et une routine, même légères.

.

Artha – les « choses »

Artha, le 2ème désir de l’Âme, représente toutes les choses et possessions dans notre vie. Ce que l’on peut voir, toucher, utiliser : maison, corps, objets, vêtements, comptes en banque. Toutes les possessions sont Artha. De plus, Artha apprécie la clarté. Quand les « choses » dans notre vie s’empilent (placards qui débordent, courrier non traité, etc), l’énergie d’Artha se bloque. Notre vie se remplit d’une énergie de confusion.

Évaluer son Artha :
« Y a-t-il de la clarté dans les choses de ma vie? »
« Les outils et objets dans ma vie me servent-ils, est-ce que j’en prends soin? Me facilitent-ils la vie ou me la rendent-ils plus compliquée, difficile ? »
Si vos possessions envahissent votre espace et votre temps, faites le tri, donnez et vendez le surplus, réparez ou remplacez ce qui ne fonctionne plus, réglez toutes les procédures administratives qui trainent. Faites de même avec votre ordinateur, smartphone, tablette : triez vos photos et applications, supprimez, bloquez les notifications. Ah, clarté d’esprit.
L’organisation est régulée par le méridien de la Vésicule Biliaire.
Pour renforcer sa clarté d’esprit, les points d’acupression VG24.5 (sur le Troisième Œil), VG20 (sur le chakra Couronne) et VG16 sont conseillés. Les points sur chakras se travaillent avec une pression faible.

.

Kama – le plaisir

C’est le même mot que dans « Kama Sutra ». Cependant le 3ème désir de l’Ame va bien au delà de la sexualité. Le plaisir est une composante essentielle de notre vie, le plaisir des sens, le goût de ce que l’on mange, la musique que l’on écoute, les huiles que l’on met sur sa peau. Le plaisir de la beauté, l’intimité, l’art, la douceur.
La question du plaisir est intimement liée à la question de notre présence : être pleinement présent-e pendant les moments où nous ressentons du plaisir.
En Médecine Traditionnelle Chinoise, le plaisir est régulé par l’élément Feu : les méridiens du Cœur et de l’Intestin Grêle.

Évaluer son Kama:
« Qu’est-ce qui m’apporte du plaisir, me fait plaisir ? »
« Quand je prends du plaisir suis-je ici ou ailleurs? »
Si vos journées, vos semaines, n’incluent pas suffisamment de plaisir, faites la liste de ce qui vous fait du bien : boire un thé sans rien faire, lire, marcher dans la nature, explorer de nouvelles recettes, tricoter… Et faites de la place dans votre emploi du temps pour ces moments à vous…
A l’inverse, l’excès de plaisir peut être disharmonieux. S’il se fait au détriment d’autres Désirs, il faut rééquilibrer…

.

Moksha – la liberté

La liberté est le but ultime de notre existence. La liberté de se sentir bien dans notre corps, de parler et d’agir sans culpabiliser, la liberté de penser les choses autrement que comme on nous ont appris à les penser.
La liberté n’est pas tellement une question d’aventures à l’autre bout du monde ou d’indépendance totale vis-à-vis des autres, la liberté est intérieure. Suis-je bloqué-e dans des schémas d’anxiété, de peur, de colère, à penser que la vie est plus facile pour les autres ou que quelque chose cloche chez moi ? Notre tête peut devenir une prison dans laquelle nous ne savons même pas que nous sommes enfermés, disait Ram Dass. C’est pourquoi la question de la liberté va main dans la main avec la notion de contrainte. Parce que les choses qui nous apportent de la liberté passent parfois par de la contrainte. Par exemple : se contraindre à pratiquer 10 minutes de méditation en rentrant du travail (même si on n’a pas envie ou qu’on a l’impression de « ne pas savoir méditer »), se contraindre à aller à un cours de yoga par semaine, se contraindre à aller suivre des ateliers ou des conférences de personnes qui ouvrent nos horizons, qui nous enrichissent. Car lorsqu’on sort de ce cours, de cet atelier ou de ces dix minutes de calme, notre perception du moment a changé. Nous sommes un peu moins enfermé-e dans nos soucis et nos envies, et un peu plus ouvert-e au monde.

Évaluer son Moksha:
« Ai-je des activités qui ouvrent mon horizon ? »
« Ai-je un moment chaque jour pour cultiver la paix de mon esprit? »
« Ai-je une certaine discipline au moment de faire ce qui change mon état d’esprit ? »


A propos de Anne

Praticienne Certifiée d’Acupression, Maître de Reiki, Auteure. www.annecosse.com

View all posts by Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.