L’EMDR

EMDR

L’EMDR, ou comment se débarrasser de la source de nos souffrances, plutôt que de traiter les symptômes: les chocs et expositions traumatiques que le cerveau n’a jamais pu processer.

La thérapie EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une thérapie du syndrome de stress post-traumatique. Elle s’adresse donc principalement aux personnes souffrant de certaines formes d’anxiété à la suite d’un évènement traumatisant ou d’une longue période de stress (abus émotionnel, maltraitance psychologique ou physique, etc.). Sa particularité est la stimulation par le biais des mouvements oculaires, généralement appliquée sous une forme bilatérale alternée (mouvements de droite à gauche et de gauche à droite).

Cette technique a été mise au point aux USA par Francine Shapiro en 1987, et rendue célèbre en France par le chercheur et neuro-psychiatre David Servan-Schreiber, dans son livre « Guérir ».

Il existe de nombreuses études cliniques sur le sujet.

La science derrière l’EMDR

Cette technique se fonde sur une conception différente du traumatisme, qui fait appel à la neurologie.
Pour citer David Servan-Schreiber: « Chaque événement douloureux laisse une marque dans le cerveau. Celui-ci effectue alors un travail de “digestion” permettant aux émotions qui accompagnent le souvenir de se désactiver. A moins que le traumatisme ait été trop fort ou ait frappé à une période où nous étions vulnérables. Dans ce cas, les images, les pensées, les sons et les émotions liés à l’événement sont stockés dans le cerveau, prêts à se réactiver au moindre rappel du traumatisme. Dans l’EMDR, le mouvement oculaire “débloque” l’information traumatique et réactive le système naturel de guérison du cerveau pour qu’il complète son travail.»

.

Comment se déroule une séance ?

La première séance est longue et intense, elle consiste à évoquer les souvenirs qui viennent à l’esprit et répondre aux questions du praticien. Celui-ci cherche à comprendre le contexte complet et a déterminer quel est l’événement à la source du blocage.
C’est au cours des séances suivantes que le protocole EMDR est appliqué. Il comprend: association d’une émotion, d’une sensation physique avec l’évènement, substitution, travail oculaire, feedback.
Pour le travail oculaire en lui-même, il s’agit de suivre avec les yeux pendant 1 à 2 minutes une lumière qui s’allume alternativement à droite et à gauche d’une barre latérale, à un rythme soutenu. Parfois le praticien utilise le geste de sa main. Parfois il tapote en même temps sur les genoux du patient.

Au cours de ce travail le niveau de l’émotion et la sensation négatives diminuent. Le patient donne une évaluation de leur intensité avant et après le travail des yeux. Le but est de descendre à une évaluation de 0 ou 1.
Ces séances sont émaillées de pleurs, de colère, toutes les émotions qui étaient réprimées par le cerveau, et qui ressortent pour être enfin traitées et expulsées. Il arrive de se sentir étourdi.e. Ce n’est pas une partie de plaisir, mais c’est réellement libératoire…

Note: Mon conseil si vous êtes HQI et/ou autiste Asperger, informez-en le praticien. Le cerveau HQI et Asperger fonctionne différemment et vite, du fait de son câblage particulier. C’est un plus pour l’EMDR, mais autant que le praticien le sache.

.

Que se passe-t-il après une séance ?

Le travail du cerveau continue à se faire. Il peut enfin traiter les traumatismes, réorganiser ce qu’il a à réorganiser, nettoyer, libérer de la place. La pesanteur s’efface. Les évidences apparaissent, les décisions se font de façon fluide. La vie se débloque, elle suit à nouveau son cours. Souvent, dès le jour-même, on vit des événements et des rencontres de synchronicité.
On se sent plus détaché.e, moins impacté.e par l’extérieur. Les mises au point sont plus aisées, on se protège naturellement.
Personnellement l’EMDR a changé ma vie. C’est la technique qui m’a le plus fait avancer.

.

Combien faut-il de séances ?

Tout dépend du problème et de la personne, de son vécu et de la complexité des liens entre les nœuds de trauma.
La première fois que j’ai eu recours à l’EMDR je pensais avoir besoin de quelques séances. J’ai finalement suivi 2 fois 5 mois de séances. Chaque traumatisme travaillé faisait apparaître une autre couche, d’autres liens.
La deuxième fois que j’y ai eu recours, deux ans plus tard, une seule séance a suffi.
Note: les séances sont espacées de 2 ou 3 semaines et coûtent en moyenne 60€.

.

Comment choisir un.e praticienne.ne

Mon conseil concernant cette technique est de choisir un praticien expérimenté, agréé par l’Association EMDR France. Je ne suis d’habitude pas aussi formaliste, mais c’est particulièrement important dans ce cas.
Mes critères sont la diversité des techniques employées par le praticien. Je préfère les praticiens non dogmatiques, non soumis à une seule école de thérapie, pour une approche plus holistique..

Ressources fiables pour en savoir plus:
EMDR France
EMDR Europe
EMDR Institute
EMDR dans Wikipedia

Note: Une autre technique efficace pour travailler sur les souvenirs traumatiques est la visualisation. Choisissez dans ce cas un praticien psychothérapeute/psychologue, car cette technique puissante doit être maniée dans un cadre thérapeutique clair et adapté à votre cas. Il ne s’agit pas de la visualisation utilisée en relaxation, mais bien d’une reprogrammation de vos souvenirs. J’ai eu recours à cette technique pour reprogrammer le souvenir d’une tentative de viol (#metoo) et je peux témoigner de son efficacité. La séance, couplée avec de l’hypnose éricksonnienne, a duré 3 heures et a suffi.


A propos de Anne

Praticienne Certifiée d'Acupression, Maître de Reiki, Auteure. www.annecosse.com

View all posts by Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.